Pour voir la vidéo de présentation “cliquez” sur l’image

 

 

Exposition du 4 juillet au 19 août 2022

tous les jours, sauf le mercredi
de 14 à 20 heures

Château de VISSEC

Tout près du Cirque de Navacelles

 

Plus d’images sur :
www.patrickdarlot.photo
Vous voulez une visite commentée, nous rencontrer…
parler photo, lecture d’images, techniques ou matériel,
Prenez rendez-vous en m’appelant au 06 70 21 75 98

 

 

Je serai présent dans l’exposition
tous les vendredis jusqu’au 19 août

de 14 à 20 heures
possible un autre jour sur rendez-vous

 

 

Dévernissage

tout l’après-midi du jeudi 18 août
il y aura même un coup à boire !
Décrochage le vendredi 19 août
on finira les restes !

 

 

Bonne visite, et que cela nous ouvre de nouvelles rencontres.

 

 

Je suis un être lent, j’ai dû être escargot ou paresseux dans une vie antérieure, et donc la photographie me va bien. Elle m’est nécessaire pour prendre le temps de regarder à loisir le moment fugitif qui a attiré mon « attention ». Je suis consommateur de musique et j’arrête les vidéos pour regarder plus attentivement ce qui m’attire. Je ne maîtrise pas le temps, la durée.

Être photographe instinctif est certainement être « Chasseur-Cueilleur », être dans l’instant, attraper au vol le moment qui passe. Un jour vous avez cette « attention » et vous ramenez du gibier en abondance. Un autre moment vous passez à côté, il faut alors accepter de jouir de l’instant et garder de bons souvenirs.
Les meilleures photos sont celles que vous avez « manquées ».

Être photographe c’est surtout être cuisinier. La partie la plus importante pour restituer ce que vous avez senti est la cuisine de la « postproduction » : Comment, à partir de ce que vous avez recueilli, et qui est toujours systématiquement mauvais, vous allez faire réapparaître ce que vous avez vécu, comment vous allez communiquer et partager la vie dans laquelle vous étiez.

Ne croyez surtout pas qu’avec un artefact humain aussi mauvais que votre appareil photo, vous allez pouvoir montrer l’extraordinaire moment que votre œil, aidé par votre cerveau, vous a fait vivre. Il m’amuse souvent, lorsque cela ne m’inquiète pas, de voir mes contemporains délirer sur les capacités transhumanistes de nos pauvres machines si je les compare aux merveilles de la Nature. Toute fois les évolutions modernes de la photographie, le passage de l’argentique au numérique, ont été une révolution totale dans notre manière d’arrêter le temps de montrer aux autres ce que nous avons « vu » en un instant. Mais les limites de la technique sont terribles et nous demandent de travailler beaucoup sur l’interprétation du « réel capté » pour rendre transmissible le « réel vécu ».

Ces quelques images ont été le fruit de pas mal de déceptions et de beaucoup d’excitations lorsque soudain elles se mettent à vivre toute seule et à raconter des « histoires » à nos contemporains.

Lorsque Jean-Luc m’a contacté pour préparer une exposition d’été au Château de Vissec, il pensait que j’avais des « choses » toutes prêtes à montrer. Mais pour moi montrer des images est dialoguer avec celui qui les regarde. Je luis ai donc demandé ce qu’il voulait « voir » de mon travail. Après avoir pas mal erré dans mes images, celles accessibles sur mon site il est revenu vers moi en me disant : « Des regards ! »
Étonnant : Je ne m’étais jamais posé la question.
Effectivement mes images sont pleines de regards, ceux que je jette sur mes contemporains, ceux lorsqu’ils me regardent, ceux qu’ils ont entre eux qu’ils soient directs ou fuyants.

Il m’a donc fallu chercher en urgence dans tout le foutoir de mon travail des « Regards » qui racontaient quelque chose. Choisir transversalement dans des séries, qui racontent d’elles-mêmes d’autres histoires, des « Regards » qui racontent des histoires. Pour chacun d’eux il y a des dizaines d’autres images qui dialoguent et que vous pourrez découvrir sur mon site. Et encore sur mon site il n’y a rien comparé aux fonds de mes placards.